Calocybe gambosa, le mousseron de la Saint-Georges

Calocybe gambosa – Saint-Germain-en-Laye © Gilles Carcassès

Chaque année, une troupe de mousserons de la Saint-Georges dessine un bel arc de cercle dans un taillis de ronce et d’aubépines, au cœur de forêt de Saint-Germain-en-Laye. Autrefois, j’en trouvais beaucoup, mais la prolifération des sangliers et le manque de délicatesse des bûcherons ont eu raison de beaucoup de stations.

Certaines sources indiquent que Calocybe gambosa est un champignon mycorhizien qui vit en symbiose avec les racines des Rosaceae. Dans les taillis, on le trouve effectivement associé aux ronces et aux aubépines. Dans les haies, il fréquente peut-être aussi les prunelliers et les églantiers.

Une omelette en perspective ! © Gilles Carcassès

De la forêt à l’assiette !

Le mousseron de la Saint-Georges est un bon comestible, à la texture ferme et au goût prononcé. Bien sûr, j’en consomme avec prudence et parcimonie. Comme beaucoup de champignons, il peut concentrer des éléments toxiques présents dans le sol tels que des métaux lourds. Il faut se garder aussi de la confusion toujours possible avec des espèces dangereuses comme l’entolome livide. Et pour assurer la pérennité de la station, un prélèvement le plus léger possible est toujours préférable, en évitant de trop piétiner le sol !

Retrouvez d’autres champignons comestibles :

Le cèpe de Bordeaux

Le cèpe bronzé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s