Quelques insectes vus à La Roche-Guyon

Superbe sortie botanique et mycologie dans la réserve naturelle nationale des coteaux de la Seine, sous l’égide de l’Association des Naturalistes des Yvelines et de la Société Mycologique de France ! Nous avons pu observer en ce mois mai de très nombreuses espèces, rares ou pas, et échanger dans une ambiance fort sympathique. Mon penchant naturel pour les insectes a conduit malgré moi mon appareil photo vers la faune à six pattes. En voici quelques représentants vus ce jour-là.

Ematurga atomaria – La Roche-Guyon © Gilles Carcassès

Un grand Geometridae s’envole sous nos pas. Je le suis du regard, il s’est posé sur une branche de cornouiller mâle (Cornus mas) au soleil. Je reconnais une femelle à ses antennes non pectinées. Ematurga atomaria, la Phalène picotée, est très commun dans de nombreux milieux herbacés, y compris les friches urbaines. Ce papillon de nuit est actif le jour.

Coenonympha arcania – La Roche-Guyon © Gilles Carcassès

La détermination des Coenonympha nécessite l’examen attentif des détails du revers de l’aile antérieure. Ici, il s’agit de Coenonympha arcania, le Céphale, un habitué des pelouses calcaires.

Adscita sp. – La Roche-Guyon © Isabelle Goulmy

Les Adscita sont des papillons de la famille des Zygaenidae. Leurs chenilles consomment des hélianthèmes. L’identification dans ce genre est difficile et requiert l’examen des genitalia sous fort grossissement. Ici c’est un couple : à l’arrière-plan le mâle montre ses antennes pectinées. Nous avons observé ces beaux papillons dans la partie la plus sèche et la plus exposée des coteaux, sur un sol crayeux.

Pyrrhidium sanguineum – La Roche-Guyon © Gilles Carcassès

Dans la forêt, place aux insectes saproxyliques !

Pyrrhidium sanguineum, la callidie sanguine, semble poser pour nous au bord du chemin. Sa larve consomme le bois juste sous l’écorce des arbres fraîchement abattus ou tombés.

Raphidioptère – La Roche-Guyon © Gilles Carcassès

Cette raphidie femelle va pondre à l’aide de son long ovipositeur dans une fente de bois, sa larve étant prédatrice d’insectes xylophages. Les raphidies, qui forment un ordre à part, les Raphidioptères, sont de détermination délicate.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s